TANTRA – QUESTIONS/REPONSES

 

C’est sur le terreau fertile de l’hindouisme et du bouddhisme que le tantrisme est apparu en Inde, au VIIe siècle, comme un courant spirituel complexe. Il propose la prise de conscience de notre unité fondamentale, du corps et de l’esprit, en relation avec l’univers, à tout instant et dans toutes les activités de la vie.

Cette approche implique un apprentissage de notre double polarité, masculine et féminine, et l’acceptation de notre entière réalité, avec ses ombres et ses lumières. C’est la singularité du tantrisme que de n’être PAS une philosophie du renoncement : Il n’est plus nécessaire de fuir le corps pour trouver la paix car le corps est notre temple sacré.

QUESTIONS/REPONSES

 

« Quels sont les bénéfices du Tantra ? »

 

Etre pleinement. Vous remettre en lien avec l’élan même de la vie, avec votre joie spontanée … libérer beaucoup de schémas qui vous empêchent d’être pleinement vous-même, et ceci peut-être de façon inconsciente …!

Je vous invite à lire les témoignages en page d’accueil, ils sont assez parlants.

 

« Comment se déroule un stage que vous animez ? »

 

Tout dépend de la thématique! quoiqu’il en soit, le cadre de bienveillance est posé. Je vérifie si chaque participant y adhère ou non et s’ils ont des choses à ajouter. Nous validons ce cadre bienveillant ensemble.

Nous démarrons ensuite par différentes pratiques qui restent chacune libre d’être faite ou non. Les pratiques n’étant pas forcément longues, cela n’a pas d’impact sur les personnes qui souhaiteraient ne pas les faire.

 « Pourquoi ce lien à la sexualité? »

Au moment de la révolution sexuelle, le Tantra a beaucoup intéressé car vu qu’on y parle de l’être dans sa globalité, c’était l’opportunité de mettre en avant ce dont les gens souhaitaient parler.  Ceci dit, n’oublions pas que si nous sommes en vie c’est parce que nous sommes nés d’un rapport sexuel… pourquoi le corps et la sexualité devraient être tabous?

« Je n’ai pas envie de parler de ma vie intime devant vous ou un groupe… »

Vous êtes entièrement libre de parler ou non : cela dépend juste de votre souhait.

 

« Je souhaite participer à un stage et mon conjoint  est réticent , comment faire? »

 

Je vous invite à lui faire part de ces différentes questions-réponses, de l’enregistrement audio et de la vidéo.

Si ce stage est important pour vous, il est important de prendre le temps de lui dire à quel point ça l’est.

Si malgré tout vous en ressentez le besoin, vous pouvez m’adresser un mail et je vous répondrai et pourrai éventuellement lui proposer un rendez-vous téléphonique.

Ceci dit si vous avez besoin de ce stage et que lui ne le souhaite pas, c’est peut-être qu’il n’est pas prêt…je vous invite à écouter votre voix et à faire ce stage ou une autre pratique peut être déjà pour vous.

 

« Puis-je m’inscrire seul à un stage? y-a-t-il la parité homme/femme? »

Oui : Toutes les propositions que je vous fais en stage sont libres c’est-à-dire qu’il est essentiel que vous les refusiez si vous ne vous sentez pas à l’aise avec . Vous avez toujours le choix. il est essentiel de dire un vrai « non » pour pouvoir dire un vrai « oui » à un moment.

Si vous êtes seul(e), vous pouvez décider de travailler seul(e) en visualisation . Cela fonctionne très bien ainsi. Vous pouvez aussi choisir de travailler en duo, avec une autre femme ou un autre homme selon votre souhait et ce que le partenaire choisi souhaite. Je vous invite à m’en informer en amont pour que j’y veille.

 

Il n’y a pas forcément de parité H/F : je crois en la capacité de la vie à proposer exactement ce dont les participants ont besoin le jour J . Chacun ayant une part féminine, une part masculine, la parité a finalement peu d’importance…

 

« Je suis en couple et je souhaite juste travailler avec ma compagne/mon compagnon /
Je suis en couple et je souhaite aller à la rencontre d’autres participants, es-ce possible? »

 

Si vous êtes en couple, je vous invite à m’indiquer de quelle façon vous souhaitez travailler en amont du stage : par exemple vous pouvez décider de venir pour approfondir votre relation et donc rester uniquement dans votre duo, ou au contraire votre angle de vue est de vous enrichir des expériences des autres,  qui vous permettent de cheminer, auquel cas vous pouvez travailler avec d’autres membres du groupe. Toutes les propositions restent toujours bien évidemment libres. Je reprécise qu’il n’y a pas de nudité dans mes stages et que le travail est principalement émotionnel et relationnel.

 

« Est ce qu’on se retrouve nu? »

 

Non, il n’y a pas de nudité dans mes stages. Ce questionnement vient certainement du lien fait par beaucoup de personnes entre le Tantra et la sexualité. Réduire le tantrisme à la sexualité serait une aberration. Le Tantra est une invitation à se reconnecter à notre joie naturelle…On peut parler de tout dans le Tantra, et le corps, notre véhicule terrestre est le lieu de nos sensations. Le Tantra invitant à développer nos ressentis, il y occupe donc une place importante, via l’intériorisation. Dans ma pratique, j’enseigne par la parole, rien de plus…!

 

« Y a-t-il des risques de débordements d’émotions de certains participants? »

 

Ceci n’est pas arrivé dans mes stages, certainement parce qu’ils commencent par une méditation longue et les participants baignent dans un climat serein et bienveillant durant le stage. Je place un cadre et en suit gardienne.

Les émotions de chacun sont bienvenues bien sûr et, si cela devait avoir lieu, je serai là pour les canaliser.

 

« J’ai fait dans un stage Tantra une pratique qui m’a mis mal à l’aise dans un contact regard avec un participant et cela a perturbé ma vie de couple ensuite. Maintenant j’ai un peu peur de faire du Tantra : que pouvez-vous me dire là-dessus? »

 

N’étant pas l’organisatrice de ce stage, j’aurais tendance à vous dire de contacter la personne qui l’a animée et de lui faire part de votre ressenti : elle sera certainement à même de vous expliquer ce qui s’est passé, de mettre de la lumière dessus. Si cela devait arriver dans l’un de mes stages, il est essentiel que vous fassiez part de votre émotion, à votre convenance devant le groupe, ou en dehors, dans un temps de pause : je suis disponible pour échanger et vous permettre d’y voir plus clair : faire du Tantra est une pratique joyeuse, il est complètement incohérent, à mon sens, d’en sortir perturbé(e). Etonné(e) , émerveillé(e), oui!

 

« J’ai déjà fait du Tantra ailleurs et maintenant j’ai peur d’en refaire à nouveau : je m’étais retrouvé(e) dans des pratiques difficiles avec un homme / une femme ? »

 

Dans mes stages toutes les pratiques sont libres. Je vous laisse un temps de choix et d’intériorisation pour voir ce qui résonne juste pour vous dans la proposition, sachant que vous avez la totale liberté de faire toutes les pratiques seul(e) et que les propositions à deux, même si elle reste toujours possible doivent être validées et faites en accord avec chacune des parties.

Il est vrai que dans le Tantra on parle souvent de « sortir de sa zone de confort » et c’est merveilleux à vivre… à mon sens uniquement lorsqu’on a été à même de dire un vrai « non » à une proposition pour pouvoir ensuite dire un vrai « oui ».

Les participants font ce qui est juste pour eux. Et rien de plus. S’ils démarrent une pratique en duo et que l’un, l’autre ou les 2 ne se sentent pas à l’aise, ils ont tout le loisir d’arrêter, cela ne perturbera pas le groupe.

Ceci dit, dans mes stages, il n’y a pas de proposition « impliquante », mise à part éventuellement pour les couples présents qui auraient un désir d’enrichir leur lien par le corps et le demanderai : cela leur serait réservé.

 

 

« Je me suis sentie bousculé(e) dans des stages où il y avait de nombreuses propositions et, lorsqu’on me demandait de travailler avec quelqu’un, je n’avais pas le temps de vraiment réfléchir si je voulais ou non y aller… comment cela se passe-t-il dans vos stages? »

 

Dans les stages que j’anime, il y a sans doute beaucoup moins de pratiques que dans d’autres stages .  Le temps d’intériorisation est la base et reste l’essence même du Tantra :  ce temps nécessaire sera pris entre chaque pratique en duo. Tout est question de moment aussi … S’il y avait une hésitation qui durerait trop longtemps pour une personne vis-à-vis du groupe, j’aurais tendance à inviter la personne à ne pas la faire en duo, mais seul(e) : « quand il y a un doute, il n’y a pas de doute » !… tout en lui laissant le dernier mot bien sûr.

Facebook